Parsifal

Hartmut Haenchen
Choeur et Orchestre de l’Opéra National de Paris
Date/Location
23 March 2008
Opéra Bastille Paris
Recording Type
  live  studio
  live compilation  live and studio
Cast
AmfortasAlexander Marco-Buhrmester
TiturelVictor von Halem
GurnemanzFranz-Josef Selig
ParsifalChristopher Ventris
KlingsorJewgeni Nikitin
KundryWaltraud Meier
GralsritterGunnar Guðbjörnsson
Scott Wilde
Gallery
Reviews
Neue Zürcher Zeitung

Wüstling und Heiliger – zwei Lebensentwürfe

Zwei Männer im Brustbild zieren das jüngste Programmbuch der Opéra national de Paris; der eine, unverkennbar ein Geistlicher, hält dem anderen eine Waffe an die Schläfe: ein wie eine Pistole gehaltenes Kreuz mit dem Herrn daran – und darunter steht: «salvation». Die ersten Proteste seien schon laut geworden, verrät Gerard Mortier, der Intendant der Pariser Nationaloper, nicht ohne Genugtuung. Dazu kamen die Gerüchte über einen Zwischenfall an der Generalprobe, die von einer Radiostation und einer Tageszeitung verbreitet worden waren. Das wütende Protestgeheul, das nach der erfolgreichen Premiere über den armen Regisseur niederging, war denn auch von seltener Intensität. So ist es eben, wo Mortier, ein redegewandter Intellektueller, am Werk ist: Steiler Erfolg verbindet sich mit Widerspruch und scharfen Wortwechseln. Dabei: Die neue Produktion von Richard Wagners «Parsifal», die jetzt in der Opéra Bastille läuft, war zuallererst ein musikalisches Ereignis. Wie viel Wind wird doch um Wagner-Dirigenten wie Fabio Luisi in Dresden und Franz Welser-Möst in Wien gemacht, während es um Hartmut Haenchen, der nun wirklich erstklassige Qualität bietet, viel zu still bleibt. Noch ganz gegenwärtig ist seine Lesart von Wagners «Ring», die er vor einem Jahrzehnt für die Inszenierung von Pierre Audi in Amsterdam entwickelt hat. Auch hier in Paris, wo sich das Orchester der Nationaloper von allerbester Seite zeigt, entfalten der warme Ton, den er zu erzeugen versteht, der homogene, aber nirgends dicke Klang, die vorzüglich aufeinander abgestimmten Tempi und der geschickte Einbezug des Raums alle Wirkung. Kaum je geht der erste Aufzug von «Parsifal» mit seiner weit ausholenden Exposition so rasch vorüber, gerät der zweite im Reich Klingsors so spannend und entfaltet der dritte Akt mit seinen Bildern der Erlösung einen so ausgeprägten Sog.

Schönheiten der Belle Epoque

Echauffiert hat man sich allerdings nicht darüber, sondern über die szenische Interpretation, die der polnische Regisseur Krzysztof Warlikowski zusammen mit der Ausstatterin Malgorzata Szczesniak entwickelt hat. Warlikowski gehöre zu den Vertretern des Regietheaters, die das Libretto als Teppichvorlage benützten, um darauf ihre Schuhe abzutrocknen, höhnte besagte Tageszeitung im Vorfeld der Premiere. Ein eigenartiges Missverständnis, zeigt der erste Aufzug doch nicht nur einen prächtigen Schwan und ein würdiges, vielleicht sogar etwas allzu realistisches Abendmahl, sondern enthält sich auch fast jeden verfremdenden Eingriffs. Mit seinen grossen Dialogen ruht der zweite Aufzug weitgehend auf den Darstellern – und dass die Inszenierung die Blumenmädchen als Schönheiten der Belle Epoque zeigt, kann noch nicht als Sakrileg gelten. Im dritten Aufzug spitzt sich die Sache jedoch insofern zu, als hier zur Eröffnung ein kurzer Ausschnitt aus dem Film «Deutschland im Jahre Null» (1947) von Roberto Rossellini gezeigt wird. Ein Kind streift da durch die Ruinen einer durch Luftangriffe zerstörten Stadt und stürzt sich dann aus einem Fenster – anders als die kindlichen Begleiter auf der Bühne, die für die Hoffnung zu stehen scheinen: Hoffnung auf eine andere Zukunft. Warlikowski nimmt «Parsifal» ernst: nicht als Bühnenweihfestspiel, das im Geiste der Kunstreligion heilige Handlungen zelebriert und Erhabenheit vorlebt, sondern als durch Kunst dargestellte Erlösung im Blick auf eine bessere Welt von morgen. Darum stirbt Kundry nicht, erfährt sie vielmehr dieselbe Gnade wie Amfortas, dem Parsifal die Wunde schliesst. Und darum wird am Bühnenrand erst von dem kindlichen Begleiter, dann auch von Gurnemanz ein Garten mit jungen Pflanzen gepflegt, während das nun von Parsifal geleitete Abendmahl nicht als Ritual, sondern als gemeinsame Mahlzeit und damit als Ausdruck von Respekt und Toleranz begangen wird. Die Diffamierung, die das Programmheft andeutet, wird am Abend selbst aufgehoben.

Man kann die Inszenierung so verstehen, muss es aber nicht; sie stellt eine überzeugend gefügte Einladung dar, sich das Werk Wagners nicht nur einzuverleiben, sondern auch darüber nachzudenken. Das Sinnliche kommt ja ohnehin nicht zu kurz, zumal auch die Besetzung keinen Wunsch offenlässt. Waltraud Meier ist eine nach wie vor eindrückliche, stimmlich untadelige Kundry. Victor von Halem versieht den alten Titurel mit machtvollem Klang, während sein Sohn Amfortas von Alexander Marco-Buhrmester schlanken Ton und warme Färbung erhält. Franz Josef Selig gibt einen in jeder Hinsicht souveränen Gurnemanz, Evgeny Nikitin einen schillernden Klingsor. Christopher Ventris ist Parsifal: sicher und kräftig in jeder Lage, aber mit noch merklich verfärbter Diktion. Auch wer sein Ohrenmerk auf Stimmen richtet, wird hier nicht enttäuscht sein.

Peter Hagmann | 6.3.2008

forumopera.com

2008, l’Odyssée de Parsifal

Warlikowski reste Warlikowski. Comme dans son Iphigénie du Palais Garnier, le metteur en scène polonais use et abuse d’innombrables artifices théâtraux qui s’enchaînent à une vitesse vertigineuse. Vidéos, spatialisation des chœurs dans les galeries, acteurs jouant des rôles muets, transpositions… Chacun de ces éléments aurait pu constituer la base de tout un spectacle ; ici ils s’entrechoquent rapidement. Comme si Warlikowski avait peur de ne pas pouvoir tout dire. Mais voilà, ces artifices qui, chez Glück, pouvaient exaspérer tant ils obscurcissaient le propos sont parfaitement à leur place dans le dernier opéra de Wagner. Parsifal est comme le spectacle de Warlikowski, il fait se croiser de multiples messages essentiels dont on ne sait lequel choisir et dont chacun d’entre eux pourrait donner du sens à une œuvre raisonnablement profonde – ou plutôt le spectacle de Warlikowski est comme Parsifal. Là est toute sa réussite, associer ainsi les « deux formes » (celle de l’œuvre et celle de la mise en scène) au même fond, car bien sûr il y a du fond : une direction d’acteur merveilleusement ciselée, cernant au plus près les personnages et donnant un sens même à leurs plus obscurs silences, des affrontements incroyables entre Amfortas et Titurel au I, entre Kundry et Klingsor, puis entre Kundry et Parsifal au II, et cet enfant présent tout au long du spectacle, muet mais indispensable : c’est le graal de Warlikowski. Il y a, enfin, cette réunion des principaux protagonistes autour d’un repas, image finale inoubliable et plus révélatrice que tout sur les relations entre les personnages. Il y a, lors du prélude, un extrait de 2001, L’Odyssée de l’Espace. Mais ici, comme dit Gurnemanz, le temps devient l’espace, et l’Odyssée est partout, pour tous les personnages. Cette Odyssée n’a pas pour but l’exercice de la ferveur religieuse, mais la compréhension, vitale, de la vie, et la réflexion sur les autres. C’est donc à une formidable « Odyssée de Parsifal » que nous convie la production avec une intelligence ahurissante ; un voyage risqué, qui met en évidence la fragilité des sociétés humaines (comme l’illustre la projection conspuée d’Allemagne année zéro, de Rosselini), mais un voyage essentiel. Bien sûr, le décor ne représente pas, au I, la proximité d’un château fort, au II, un jardin merveilleux, au III, le pas d’une cabane dans la forêt. C’était donc pour ça, toutes les huées qui accueillent le metteur en scène aux saluts ?

Heureusement, il y a les chanteurs pour mettre tout le monde d’accord ! Le Titurel surpuissant de Victor von Halem, le Klingsor démoniaque et pathétique d’Evgeny Nikitin, et l’excellente tenue de l’ensemble des seconds rôles laissent déjà espérer un très haut niveau musical. Confirmation avec Alexander Marco-Buhrmester, transfiguré par la douleur et la détresse d’Amfortas, et avec Christopher Ventris, superbement musical dans le rôle-titre, auquel il prête des accents naïfs sans être mièvres. Mais surtout, ovations pour Franz-Josef Selig, Gurnemanz noble de phrasé et somptueux de timbre, et triomphe, enfin, pour Waltraud Meier : Kundry toujours sculpturale dans la séduction, animale dans les vociférations, pétrifiante dans les aigus et obsédée, dans le spectacle, par son reflet maudit. C’est bel et bien l’une des plus formidables incarnations de notre époque (qui fêtera cet été ses vingt-cinq ans) qui nous a bouleversé une fois de plus.

Triomphent aussi les choristes (et leur chef invité, Winfried Maczewski), et les instrumentistes, qui n’ont jamais aussi bien joué ! Hartmut Haenchen, fascinant, les a transcendés. Son travail sur l’œuvre, basé sur une différence de tempo entre la narration et les leitmotive plus « spirituels », ne souffre pas du moindre déséquilibre, et offre de surcroît plusieurs moments insurpassables. Un frémissant poison sensuel est distillé par les cordes tout au long du deuxième acte ; la coloration des bois et des cuivres attire l’oreille sans céder au clinquant, la ferveur grandiose de la marche funèbre du III sait éviter la grandiloquence, et les préludes des premier et dernier actes commençaient dans le noir absolu… on se serait cru à Bayreuth!

Clément Taillia | Paris, Opéra Bastille, le 23 mars 2008

ConcertoNet.com

W comme Wagner, W comme Warlikowski

On allait voir ce qu’on allait voir. Le bouillant et iconoclaste Krzysztof Warlikowski, qui déclare lui-même détester l’Allemagne et Wagner, allait en finir avec l’idéologie aussi poussiéreuse que suspecte de Parsifal. Et comme une mise en scène, pour le Polonais, est un acte politique ou n’est pas, le « festival scénique sacré » wagnérien, honni par Nietzsche avant d’être annexé par Hitler, devait en prendre un sacré coup. Il n’en fallait pas plus pour qu’on criât au scandale avant même d’avoir vu – à tel point qu’on se demande si tout ce tapage a priori ne relevait pas d’une communication savamment orchestrée. Le chahut de la générale, largement relayé dans les médias et les salons, sans parler des sites Internet, avait aussitôt répandu son délicieux parfum de scandale.

Les choses ne sont pas si simples. Certes le temple devient un amphithéâtre d’université, où la jeunesse, qu’il faut éduquer, assiste à la messe – chasubles, calices, tout y est – alors qu’on y attendrait une leçon d’anatomie – les étudiants, pour Małgorzata Szczesniak, pourraient également former une secte. On soigne Amfortas dans un hôpital très clean, dont on nous montre les tables de dissection. Au deuxième acte, le héros, moins « reiner Tor » que puceau, se fait entreprendre par les pensionnaires expertes d’une maison qui a un côté Lido avant d’être plus sérieusement pris en main par la patronne plus mûre. Au troisième acte, Monsalvat, dont Robert Carsen avait ressuscité les frondaisons dans son Lohengrin, se mue en un petit potager consciencieusement arrosé par un enfant – le petit Lohengrin, justement ? Après une messe de première communion, on se retrouve bourgeoisement pour déjeuner en famille : Amfortas et Kundry, dont le couple a connu bien des déboires, ressemblent à un papa et une maman réconciliés, veillant sur leur fiston revenu – de la guerre ? – à la maison, tandis que le petit, toujours là, incarne sans doute un avenir moins tourmenté. Le vieux serviteur, qui a traversé les orages et tenu la boutique, retrouve sa place à l’office.

En totale complicité avec sa fidèle décoratrice Małgorzata Szczesniak, tout aussi exemplaire de cohérence, Warlikowski démythifie Parsifal. Et il nous met en garde : les cérémonies du Graal se sont achevées dans les ruines de Berlin en 1945, provoquant le suicide du petit Edmund d’Allemagne, année zéro de Rossellini – c’est la projection, avant le début du troisième acte, de la scène et du texte du cinéaste sur le danger des idéologies qui déclenche le tapage. Mise en scène politique donc. A vrai dire, on nous a déjà fait le coup. Mais sans cette ambiguïté qui fait le prix de la lecture de Warlikowski. Ambiguïté dans sa représentation du sacré, comme s’il éprouvait, quoi qu’il en dise, plus de fascination que de répulsion pour la partition de Wagner. Ambiguïté dans le message. Au début, pendant le Prélude, une main écrit successivement les mots « foi », « amour », « espérance ». Remplaçons « amour » par « charité » et nous avons les trois vertus théologales, dans un ordre un peu différent, ce qui éclaire peut-être la fin, l’Enchantement potager du vendredi saint symbolisant finalement le renouveau là où on attendait une mise en accusation haineuse. A moins que Warlikowski ne veuille suggérer que Parsifal rentre dans le rang et que tout recommence ? Quoi qu’il en soit, il n’est pas sûr qu’il veuille mettre à bas tout ce que Wagner nous dit dans Parsifal ; il pose seulement la question des rapports entre la religion, l’amour et la société – quand on est un Polonais de 45 ans et qu’on en avait 26 au moment de la chute du mur de Berlin, on peut parler de ces choses en connaissance de cause ; le metteur en scène, via Wagner, s’interroge évidemment lui-même. Sans doute pose-t-il également, à travers cet enfant omniprésent, la question de la responsabilité des générations. Wagner faisait-il autre chose ? Quelle réponse proposerait-il aujourd’hui ? D’où le refus d’actualiser et de dater vraiment : années trente, années cinquante, aujourd’hui… ou demain ?

Peut-être le metteur en scène se montre-t-il beaucoup plus proche du compositeur qu’on ne le pense, n’adoptant pas la même posture que dans Iphigénie en Tauride de Gluck, où il dérangeait davantage. A preuve la sobriété que ce directeur d’acteurs exigeant et raffiné impose à ses chanteurs, son souci de faire correspondre strictement le rythme de la musique et celui de la représentation, son respect scrupuleux des mots et des notes. Contrairement aux apparences, Warlikowski sert plus l’œuvre qu’il ne s’en sert, presque avec humilité, avec un certain classicisme en tout cas – de ce point de vue, c’est l’anti-Marthaler. Les Filles fleurs s’amusant de Parsifal comme d’un objet sexuel ? La musique ne dit rien d’autre. Ce deuxième acte est d’ailleurs remarquable de justesse et de concentration, dépourvu de toute emphase ou de toute facilité, avec une scène d’amour – peut-être plus incestueuse que diabolique – magnifiquement réussie.

Quels que soient les mérites d’une mise en scène, une production d’opéra ne satisfait que si la musique y trouve la place qui lui revient. On peut dire que, globalement, c’était le cas de ce Parsifal. Hartmut Haenchen, qui affirme dans le programme avoir repensé les différentes traditions d’interprétation en « reprenant, pour la première fois en France, toutes les indications notées par les assistants musicaux de Wagner », parvient à un bel équilibre entre une grandeur sans grandiloquence et un mysticisme sans fadeur, à la faveur de tempi très souples, refusant de jouer les officiants touchés par la grâce. On se réjouit aussi qu’il fasse la différence entre les actes, assumant comme le metteur en scène le statisme du premier et du troisième, où la direction met plutôt l’accent sur la polyphonie, alors qu’il privilégie plutôt la tension dramatique dans le deuxième. Mais la direction reste toujours lyrique, donnant tout leur poids aux silences, notamment dans le Prélude, moins éthéré que douloureux. L’orchestre, une fois de plus, nonobstant ça ou là d’infimes décalages, est superbe, plus que les chœurs, qui manquent de rondeur et flanchent parfois du côté des dames.

La distribution n’appelle guère de réserves. Waltraud Meier la domine, tant elle est Kundry depuis longtemps, vocalement et scéniquement. Non qu’elle ait conservés ses moyens parfaitement intacts, mais la maîtrise de la voix est totale, sur toute la tessiture, ce qui nous vaut une Kundry tout aussi séductrice, cependant plus fragile et moins insolente que naguère, même si le saut redoutable du fameux « lachte » est toujours à couper le souffle. Fabuleuse actrice aussi, un rêve pour le metteur en scène : un peu comme Astrid Varnay autrefois, elle capte le regard même quand elle ne chante pas, même quand elle ne bouge pas. Christopher Ventris incarne aussi pleinement Parsifal, avec la fraîcheur nécessaire du timbre, faisant évoluer la voix à l’unisson du « pur et simple », presque timide au deuxième acte, rayonnant ensuite au troisième, totalement libéré dans le « Nur eine Waffe taugt » final. Excellent Gurnemanz aussi de Franz Josef Selig, toujours digne et jamais chenu, extasié et pas béat, chantant sa partie comme un lied sans cesse recommencé, d’une voix chaude et profonde, qui pourrait seulement corriger sa tendance, déjà remarquée ailleurs, à détimbrer les nuances. Alexander Marco-Buhrmester, beau timbre et beau chant, évite heureusement toute exhibition doloriste en Amfortas invalide avançant péniblement – blessure de guerre ? – sur ses béquilles, de même qu’Evgeny Nikitin évite tout débordement de noirceur en Klingsor, magicien de rouge et de noir vêtu, beau timbre et beau chant lui aussi.

Ce Parsifal trahit-il Wagner ? Rien n’est moins sûr, malgré les cris d’orfraie entendus çà et là.

Didier van Moere | Paris, Opéra Bastille, le 7 mars 2008

Rating
(6/10)
User Rating
(3/5)
Media Type/Label
HO
Get this Recording
Donate $5 to download MP3
Processing ...
Technical Specifications
320 kbit/s CBR, 44.1 kHz, 537 MByte (MP3)
Remarks
Broadcast (France musique)
A production by Krzysztof Warlikowski (2008)