Parsifal

Donald Runnicles
Chor und Kinderchor der Deutschen Oper Berlin
Orchester der Deutschen Oper Berlin
Date/Location
16 October 2016
Deutsche Oper Berlin
Recording Type
  live  studio
  live compilation  live and studio
Cast
AmfortasThomas J. Mayer
TiturelAndrew Harris
GurnemanzStephen Milling
ParsifalKlaus Florian Vogt
KlingsorDerek Welton
KundryDaniela Sindram
GralsritterAndrew Dickinson
Alexei Botnarciuc
Gallery
Reviews
bachtrack.com

Parsifal travels time and space at Deutsche Oper

Four years after its première, Deutsche Oper Berlin’s Parsifal, directed by Philipp Stölzl, remains an enigma. During the prelude, the curtain opens to a tableau depicting Christ’s crucification. The spear that pierces Christ and the Grail that receives his blood are featured. The rocky landscape of Golgotha becomes Monsalvat. Gurnemanz’s Act I narrative has simultaneous graphic enactments atop two sides of the stage. Seduced by Kundry, Amfortas is stabbed by his own spear by Klingsor, who has defiled himself because he was rejected by the knights. Everything is “in your face” Christian, including the knight’s medieval costume with red crosses. The transformation scene, however, introduces the chorus dressed as knights and disciples in a frantic orgy of self-flagellation, ending with them charging against the unseen enemy with weapons in hand.

Parsifal is in modern costume with coat and tie. Kundry’s long black robe remains unchanged throughout, as does Amfortas’s medieval garb. In Act II, Parsifal stumbles into the Aztec Empire, where a human sacrifice is performed by Klingsor, who extracts the victim’s heart with the spear as he is surrounded by women in white robes. The women reveal their more sensuous attire underneath for Parsifal, but these “flower maidens” are after Parsifal’s heart as well, and almost succeed when Kundry’s cry of “Parsifal” interrupts them. The end of the act sees Parsifal stabbing Klingsor in the back and walking off with the spear.

In Act III, the Grail community is transported to the modern times with listless people milling about in a desolate landscape. The transformation scene has the crowd forcing Amfortas bearing a cross to march. The crowd, not Parsifal, baptizes Kundry against her will. Amfortas dies by the spear held by Parsifal, while Kundry survives in despair as the crowd worships Parsifal. The transformation from innocent fool to wise redeemer is subjugated in the production which focuses on showing religious fanaticism in three guises: Christianity, the Aztec, and modern times. The director is more interested in the dark side; there is no salvation through compassion but continuation of the same oppression.

The musical performance of the evening was of highest quality, enough to supplant the negative aspects of the visually stunning and well directed performance. As Parsifal, Klaus Florian Vogt’s youthful and clarion tenor was very much on display throughout while his low notes were clearly articulated. He sang with both tremendous power and delicate softness, sometimes in the same phrase. His bewilderment and sadness in Act I was heartbreaking, while his progression from impressionable man to determined hero in Act II was convincing, and in Act III Parsifal’s emotional maturity to command respect was astonishing. The final minutes of the opera, as Parsifal sings the healing power of the spear and his willingness to officiate the ritual, were glorious, and many in the audience were in tears as the music came to its beautiful conclusion.

The entire cast was strong. Thomas Johannes Mayer’s voice was rich, round and warm, and he communicated Amfortas’ anguish by coloring every word with emotion. It was a complete vocal and stage performance. After slight initial difficulty with high notes, Stephen Milling as Gurnemanz was a towering presence, both in his powerful physique and his deep and sonorous voice, anchoring Acts 1 and 3. Derek Welton, as a youthful Klingsor, was in full command of the role from the first utterance, his bass-baritone flexible, clear and elegant. As Titurel, Andrew Harris impressed in his brief appearance with his well articulated bass.

Parsifal’s Act II seduction scene presents a major vocal and acting challenge to a tenor and a mezzo. The mezzo must sing first as a maternal figure, then a seductress, and finally a desperate woman. Daniela Sindram, a newcomer to Kundry, showed a remarkable mastery of the role. Her voice was clear and steady with no sign of vibrato throughout the range, and what range she had! The infamous “lachte” that covers almost two octaves from top to bottom was exemplary, and her phrasing was lyrical. Vogt sang Parsifal’s awakening with enough power to wake up the entire audience, and from there on he and Sindram sang with such intensity and focus that no one seemed to breathe. It was a magnificent and miraculous Act II.

Donald Runnicles led the Orchestra of Deutsche Oper Berlin with an emphasis on the overall arc of Wagner’s music. Instead of meticulous attention to detail, what emerged were continuous waves of music, always propelling the story. He was supportive of the singers and controlled the volume as needed. When he let go, as in the orchestral passages of the transformation scenes, the orchestra was brilliant, the brass outstanding. The strong chorus rounded out a memorable evening.

Ako Imamura | 17 Oktober 2016

altamusica.com

Tableaux de la vie du Christ

Créée en 2012, la mise en scène de Parsifal par Philipp Stölzl tient sur une mise en image de tableaux vivants plus efficaces aux deux premiers actes qu’au dernier. Klaus Florian Vogt retrouve le rôle-titre et Daniela Sindram fait ses débuts avec Kundry. En fosse, Donald Runnicles sait se faire oublier pour laisser la priorité à la scène, parfois au détriment de la partition symphonique.

  Remarqué pour sa production berlinoise de Rienzi, Philipp Stölzl a ensuite réalisé le Vaisseau fantôme pour la Staatsoper et Parsifal pour la Deutsche Oper. Basé sur un concept de Tableaux Vivants autour des évènements de la vie de Jésus et de ses reproductions ultérieures, cette mise en scène du dernier opéra de Wagner intéresse dans son didactisme sans réussir à passionner par la disparition de tout élément mystique.

Lors du prélude, la mise à mort du Christ en croix transpercé par la lance du soldat romain et la récupération du sang dans le Graal fonctionne efficacement. Puis les chevaliers en habits de templiers fixent le drame dans l’histoire, avant que la proposition tende vers plus d’intemporalité par l’entrée en costume-cravate du héros. À cela s’ajoutent de nombreux arrêts sur image et faux slow motion, plus ou moins bien réalisés, où les intervenants deviennent régulièrement statues de cire avant de se réanimer au ralenti pour la reprise de l’action.

Le décor de Conrad Moritz Reinhardt présente deux monts encerclant la scène au I et III, dont celui à jardin est surplombé d’un château-fort d’abord vaillant sur ses fondations, devenu ruine au dernier acte ; le tout soutenu par des néons blafards plutôt laids et un lampadaire placé au-dessus du bain servant au préalable à apaiser les blessures d’Amfortas puis à baptiser Kundry. Seule l’idée d’un traitement lumineux bleu glacial plutôt que rouge vif dans le duo amoureux du II convainc réellement.

La touche cinématographique assumée dans des visions sorties de film de Pasolini ou Tarkovski trouve à l’acte médian, par jeu syllogistique, sa référence dans le sorcier d’Indiana Jones et le Temple maudit, où Klingsor arrache donc pour sa première scène, le cœur encore chaud du corps tremblant d’un être vivant. Tenu pour l’occasion par un chanteur de la troupe déjà remarqué auparavant, le rôle trouve avec Derek Welton une interprétation engagée et une belle dynamique, à laquelle manque encore parfois une justesse dans la gestion du souffle.

Visible sur le plateau contrairement aux désirs du compositeur, Andrew Harris donne une véritable présence vocale à Titurel grâce à un timbre agréable et coloré dans le bas-médium, tandis que Stephen Milling, habitué à Gurnemanz, possède une belle assise dans le grave sans être exempt de quelques écarts remarqué au I. Il reste supérieur à l’Amfortas de Thomas Johannes Mayer, trop neutre en première partie quoique plus à l’aise sur la fin.

Klaus Florian Vogt avait magnifié Parsifal lors de ses prestations au début de la décennie, et l’on pensait alors qu’il deviendrait aussi important dans ce personnage que dans celui du fils, Lohengrin. Fatiguée cet été à Bayreuth, la voix ne cache pas un grain toujours abîmé, même si certains moments de grâce apparaissent, comme au II avec la phrase Mit diesem Zeichen bann’ich deinen Zauber semblant venue de l’au-delà. Son air final, très réussi, reste moins prodigieux que quatre ans plus tôt sur la même scène.

Pour le charmer, Daniela Sindram s’attaque au rôle de Kundry avec une tessiture de mezzo-soprano très intéressante dans la capacité à assombrir la partition. Sans approcher pour l’instant les prestations magnétiques d’Evelyn Herlitzius ou Waltraud Meier avant elle, elle surpasse l’autre Kundry mezzo récente, Michaela Schuster, dans la largeur du spectre développé.

En fosse, le directeur maison Donald Runnicles porte le festival scénique sacré sans tenter de mettre en avant son caractère avant celui de la partition. Cet avantage trouve ses limites dans un flux symphonique où l’orchestre devient parfois secondaire, et ne s’approprie même pas les parties purement orchestrales, comme la musique de transformation un peu faible du I ou le début bien peu enchanté du Vendredi Saint. Avec une distribution intéressante et un chœur très bien préparé, on regrette qu’une direction exaltée n’ait pas renforcée cette reprise.

Vincent GUILLEMIN | Deutsche Oper, Berlin 16/10/2016

opera-online.com

Richard Wagner et le temple maudit

Simple et fluide, ce Parsifal au Deutsche Oper est idéal pour tous ceux qui veulent découvrir Wagner. Pas de stylisation extrême, la mise en scène de Philipp Stölzl se contente de montrer les deux époques de l’histoire, la Judée antique et le Moyen-Âge germanique. Bien sûr, les décors frôlent souvent le ridicule, notamment dans le Prélude qui oscille entre Ben Hur et Conan Le Barbare, mais aussi dans le château de Klingsor de l’acte 2 dont les frontons rappellent furieusement Indiana Jones et le Temple maudit. Pas non plus de réflexion théologique élaborée, on n’aura pas droit ici à une relecture personnelle alla Roméo Castellucci du touffu livret dû à Wagner lui-même ; tout juste remarque-t-on de légers décalages, notamment le rire de Kundry éclatant dans la scène finale, visant sans doute à donner du grain à moudre aux fervents amateurs, nombreux eux aussi, de Parsifal.

Car ce qui importe ici le metteur en scène est la monumentalité de l’histoire racontée. Avec ses plus de quatre heures de musique, le « festival sacré scénique » de Wagner a tout pour déchaîner les superlatifs. Première surprise, la reprise de ce spectacle de 2012 est remarquablement plaisante et engagée. La scène s’immobilise régulièrement pour laisser place à des « tableaux vivants » composés de figurants immobiles ou évoluant au ralenti, qui laissent tout le temps à la musique de s’épanouir en majesté. Sans réappropriation des puissants enjeux philosophiques à l’œuvre, la tension tombe drastiquement lors des scènes intimes et les chanteurs, aussi valeureux soient-ils, ne parviennent guère à incarner la dimension symbolique et mythologique requise par Wagner. Dans un ouvrage saturé de références, la lecture de Stölzl a au moins le mérite de revenir aux sources de l’œuvre, si bien que Parsifal se regarde tantôt comme une chanson de gestes héroïque, tantôt comme un péplum religieux à la profondeur dissimulée sous les oripeaux du divertissement.

Même constat pour l’interprétation de Donald Runnicles à la tête de l’Orchestre du Deutsche Oper. Le chef écossais laisse s’épanouir humblement le flux wagnérien grâce à un orchestre soudé et bien sonnant. Mais c’est injuste, cette lecture probe finit par dévoiler tout ce qui manque à une interprétation incandescente : les filles fleurs de l’Acte 2 sont dépourvues de toute sensualité, le prélude de l’Acte 3 ne possède pas la grandeur qu’y reconnaissaient des compositeurs comme Debussy et Ravel, et l’Enchantement du Vendredi Saint apparaît sans que l’on n’y prenne réellement garde. Le bilan vocal est lui-aussi contrasté : après un début à court de graves, l’Amfortas de Thomas Johannes Mayer finit par séduire par son engagement scénique, le Gurnemanz de Stephen Milling impressionne par son format vocal mais ne peut cacher une certaine fatigue vocale au dernier acte. Les filles-fleurs bénéficient de chanteuses de premier plan (notamment Elena Tsallagova et Alexandra Hutton) mais peinent à intriguer durablement le tympan. On signalera l’excellent Klingsor de Derek Walton et la magnifique prestation des chœurs du Deutsche Oper, cheville ouvrière primordiale dans un ouvrage comme Parsifal qui offre aux chœurs des parties d’exception. Grosse déception en revanche pour la Kundry de Daniela Sindram, transparente dans l’Acte 2, et dont la voix de mezzo ne parvient à compenser le tempérament d’une soprano dramatique. Et puis, il y a le Parsifal de Klaus Florian Vogt, habitué de Bayreuth, qui revient sur scène après des difficultés rencontrées en tout début d’année. Toujours est-il que le ténor allemand EST Parsifal, son physique étrange correspond idéalement au chaste fol des chevaliers du Graal et sa voix très claire garde en elle une part d’enfance et d’innocence et conserve son homogénéité et son timbre blanc si caractéristique tout au long du spectacle.

Ce Parsifal ne révolutionne donc rien, mais permet d’entendre dans des conditions optimales l’œuvre d’art total voulue par Wagner. Reste à chacun de prolonger l’envoûtement de la musique et la richesse symbolique du livret chez soi ou d’espérer un spectacle à Bayreuth ou ailleurs qui saura le bouleverser. En attendant, cette production du Deutsche Oper aura probablement permis de conquérir de nouveaux adeptes wagnériens.

Laurent Vilarem | Deutsche Oper Berlin (16 octobre 2016)

Rating
(6/10)
User Rating
(3/5)
Media Type/Label
Get this Recording
Donate $5 to download MP3
Processing ...
Technical Specifications
320 kbit/s CBR, 44.1 kHz, 551 MByte (MP3)
Remarks
In-house recording
A production by Philipp Stölzl (2012)