Die Walküre

Dan Ettinger
Orchestra del Teatro di San Carlo di Napoli
Date/Location
26 April 2023
Teatro di San Carlo Napoli
Recording Type
  live   studio
  live compilation   live and studio
Cast
Siegmund Jonas Kaufmann
Hunding John Relyea
Wotan Christopher Maltman
Sieglinde Vida Miknevičiūtė
Brünnhilde Okka von der Damerau
Fricka Varduhi Abrahamyan
Helmwige Regine Hangler
Gerhilde Nina-Maria Fischer
Ortlinde Miriam Clark
Waltraute Margarita Gritskova
Siegrune Julia Rutigliano
Grimgerde Edna Prochnik
Schwertleite Christel Loetzsch
Roßweiße Marie-Luise Dreßen
Gallery
Reviews
bachtrack.com

The age of gods is over

Federico Tiezzi’s staging of Die Walküre returns at the Teatro di San Carlo for the third time, after previous stagings in 2005 and 2019. Once again, we are in front of a dramaturgy whose deepest conception resides in allusive (and elusive) symbols and scarcity of gestures. The second opera of Wagner’s Ring Cycle is staged as an intimate drama; the mythological essence on which the composer designed it is not forgotten, though only implicitly reminded. The implied message seems to be that the age of gods is over.

Anyway, as Die Walküre is that part of The Ring in which there is more passion, which turns to lust in some moments, emotional outbursts are expected. So, we see the ardent yet incestuous love of the twins Wotan had generated, the fury of Fricka for this transgression of the laws of nature, of culture, and the torments of Wotan. When Fricka claims that the two lovers must be punished, the monologue of Wotan is of dramatic intensity, which is represented and reflected by the mirrors surrounding his anguishes. Tiezzi is good at rendering the conflicts inside the god, feeling guilty in the end for condemning his beloved Brünnhilde for having disobeyed his orders, and in general the contrasts between the characters with measured and thoughtful acting. All the tragedy lies in the restrained performances of the protagonists.

The vocal cast was excellent. Christopher Maltman’s Wotan was remarkable, his voice authoritative and tormented, with a firm emission. Okka von der Damerau made for an imposing Brünnhilde with a powerful voice, resolving the high range without effort. The soprano Vida Miknevičiūtė was a crystal-voiced Sieglinde, intimately sung yet ardent at some points, gripping and compassionate likewise. As Siegmund, Jonas Kaufmann showed a beautiful clear voice, also capable of smoothness. After some less-than-perfect performances heard at the San Carlo, Kaufmann’s voice has reacquired its power and has come out with beautiful dramatic, virile force.

Varduhi Abrahamyan was Fricka, also excellent in all respects. Her always homogeneous timbre, vocal power, passionate feelings and gestures showed expressive force without unnecessary emphasis. The suspicious, authoritarian Hunding was John Relyea, with his impressive, well-knit bass, deep and hollow in the lowest range.

The Valkyries (Nina-Maria Fischer, Miriam Clark, Margarita Gritskova, Christel Loetzsch, Regine Hangler, Julia Rutigliano, Edna Prochnik and Marie-Luise Dreßen) were not all perfectly in tune with one another, but as their ride is the most anticipated scene by operagoers, their appearance transmitted strong excitement all the same: here the director’s choice was not to celebrate the fallen heroes in Valhalla but to mourn for their lost lives.

Overall the performance was of great prominence, even if Dan Ettinger’s conducting was slower than necessary and did not show much variety in contrasts, with some passages featuring exhaustingly loose tempos, adding more heaviness than was necessary. Nonetheless, his interpretation dug deeply into the mind of the characters, and he was able to avoid having the singers submerged by the orchestra, which in turn offered a suitable performance.

Lorenzo Fiorito | 22 April 2023

olyrix.com

Jonas Kaufmann triomphe en Siegmund à Naples

Après quelques mois de travaux, le Teatro San Carlo retourne dans sa salle palatiale royale pour la production phare de sa saison 22/23 : La Walkyrie avec Jonas Kaufmann en tête de distribution, aux côtés de John Relyea et Vida Miknevičiūtė, avec en fosse le nouveau directeur musical, Dan Ettinger.

En raison des travaux dans sa salle historique au bord de la mer et greffée au Palais Royal, le Teatro San Carlo de Naples avait démarré l’année 2023 hors les murs, au Teatro Politeama, donnant ses productions lyriques en version de concert. Le retour solennel est ainsi marqué par la production de La Walkyrie et le retour du ténor vedette Jonas Kaufmann dans le rôle de Siegmund, l’un des rôles pour lesquels il explique avoir été le plus sollicité depuis sa prise de rôle au Met en 2011. Le Surintendant Stéphane Lissner en a ainsi l’honneur, après la Tétralogie contrainte, confinée et sans Jonas Kaufmann à Paris en temps de Covid.

Déjà plongé dans l’univers wagnérien avec la récente prise du rôle-titre de Tannhäuser à Salzbourg, il déploie son ténor touffu au service du drame qui se présente ici presqu’exclusivement sur le plan musical. La prosodie est comme toujours minutieusement travaillée et exemplaire, en phase avec un phrasé rond et expressif qui atteint son apogée dans le “Winterstürme”, hautement lyrique et pétri de nuances. L’appareil est résonnant et solidement projeté, malgré quelques limitations dans les aigus. Après un début réservé, il monte en crescendo nuancé avant d’arriver aux séquences héroïques, appuyé sur une technique impressionnante lui permettant des notes longues et plus que généreuses, au grand bonheur du public qui l’ovationne.

La soprano Vida Miknevičiūtė en Sieglinde fait ses débuts à Naples tout comme la plupart de ses collègues sur le plateau (seulement trois solistes présents ont déjà chanté au San Carlo). Elle arbore une expression dramatique et vibrante mais la voix est plutôt tendre, quoiqu’assez puissante et endurante dans les longs aigus intensifs et soutenus. Les graves sont suaves et amenuisés devant l’étoffe orchestrale, avec une justesse cristalline et l’articulation nette qui va de pair. Les duos d’amour sont comblés de lyrisme et ses adieux sont tissés d’une large ligne expressive qui illumine la salle, passant au-delà de la fosse.

Juste un mois après son Wotan à l’ENO, John Relyea revêt la fourrure de chasseur du redoutable Hunding. Son timbre assombri et solidement étoffé se prête bien au caractère féroce et orgueilleux de son personnage au regard menaçant, complété par un jeu investi, qui n’est pas pour autant dénué de surjeu (notamment à l’Acte II). La carrure sonore de son assise embrume parfois les paroles, mais regagne la clarté en remontant dans la sphère médiane.

Le baryton britannique Christopher Maltman (Œdipe de Bastille) campe ici Wotan, d’un pas assez ralenti. Ces diminutions de tempo lui permettent une plus grande précision rythmique, mais desservent le sens du drame wagnérien (son arrivée en colère au troisième acte perd ainsi son effet). Son timbre est moins charnu que ce rôle le requiert, mais la projection reste tout de même vigoureuse et souveraine dans le registre central. Le phrasé est stylistiquement en place et plein d’émotions, jusqu’aux derniers moments et à l’immolation de sa fille Brünnhilde.

Varduhi Abrahamyan chante Fricka d’une voix robuste et bien posée sur les graves. Son allemand est soigné et riche en nuance, mais fragilisé par un vibrato démesuré qui ne cesse de s’intensifier dans les aigus, amincis et perçants.

Okka von der Damerau en Brünnhilde fait une entrée hésitante sur le plan vocal, son Hojotoho! étant écourté et saccadé, avec une justesse glissante. Elle se récupère par la suite, même si le rythme reste imprécis. Les tempi moins intenses lui conviennent mieux, notamment dans son finale où sa pâture dramatique mais aussi lumineuse peut s’épanouir dans les cimes.

Dans la sororité des Walkyries, le soprano étoffé de Gerhilde par Nina-Maria Fischer est suivi d’Ortlinde par Miriam Clark, plus claire et irradiante, quoique perçante. Sa sœur Waltraute, Margarita Gritskova chevauche et chante d’un pas mal assuré et au timbre boisé, tout comme Schwertleite (Christel Loetzsch) aux couleurs plus foncées. Regine Hangler chante Helmwige aux aigus sifflants, rejointe par la Siegrune de Julia Rutigliano, moins sonore mais bien juste. Finalement, Grimgerde (d’Edna Prochnik) et Rossweisse (de Marie-Luise Dreßen) concluent cette revue des guerrières avec leurs voix douces et harmonieuses. Les filles de Wotan unies restent pourtant moins soudées et cohérentes sur le plan vocal, pour le rythme surtout.

La direction vive du nouveau directeur musical de la maison, Dan Ettinger, souffre de nombreuses inégalités, cherchant à raccommoder les tempi tout au long de la soirée, s’adaptant aux sensibilités des solistes. Il forme un bon équilibre sonore entre le plateau et la fosse, accordant la priorité aux chanteurs sans les couvrir. Les cuivres sont puissants et dramatiques, dans les thèmes funèbres notamment. Parfois, leur vigueur tourne au tonitruant, au grand dam des cordes harmonieuses. Par ailleurs, quelques moments hautement intenses restent sans leur suc, du fait d’un jeu insuffisamment prononcé sur le plan rythmique. Les numéros solistes et intimes sont d’autant plus remarqués, alors que les tutti finissent de manière solennelle et lyrique, dans une plénitude sonore.

La mise en scène de Federico Tiezzi est une reprise du spectacle créé en 2005, avec des costumes d’époques (de Giovanna Buzzi). Elle s’appuie sur les décors de l’artiste sculpteur Giulio Paolini. Une grande construction symétrique en cubes trône au centre du plateau tout au long du spectacle. Les accessoires y changent pour contextualiser le récit : le chêne et l’épée Nothung, les roches du Walhalla, les héros déchus démembrés chez les Walkyries, ainsi que le plateau élevé mis en place pour le sommeil de Brünnhilde. Cette composition symboliste vise à réunir les arts dans son iconographie (outre la musique et la poésie de la partition, la peinture et la sculpture), dans le projet Wagnérien donc d’œuvre-d’art-totale mais auquel Tiezzi rajoute la table et les chaises de banquets familiaux humains très humains (avec leurs discordes). La mise en scène se focalise sur sa scénographie, les mouvements d’acteur y étant presque inexistants.

Le public gratifie les solistes de grands applaudissements après chaque acte, mais c’est encore et toujours Jonas Kaufmann qui récolte les plus grands éloges des mélomanes napolitains.

Vojin Jaglicic | 28/04/2023

Rating
(6/10)
User Rating
(3/5)
Media Type/Label
Technical Specifications
509 kbit/s CBR, 48.0 kHz, 867 MByte (flac)
Remarks
In-house recording
A production by Federico Tiezzi (2005)