Tristan und Isolde

James Levine
New York Metropolitan Opera Chorus and Orchestra
Date/Location
18 December 1999
Metropolitan Opera New York
Recording Type
  live  studio
  live compilation  live and studio
Cast
TristanBen Heppner
IsoldeJane Eaglen
BrangäneKatarina Dalayman
KurwenalHans-Joachim Ketelsen
König MarkeRené Pape
MelotBrian Davis
Ein junger SeemannAnthony Dean Griffey
Ein HirtMark Schowalter
SteuermannJames Courtney
Stage directorDieter Dorn
Set designerJürgen Rose
TV directorBrian Large
Gallery
Mostly Opera

If Tristan and Isolde had been a staged oratorio for bass and (mezzo)-soprano, this would have been a fine performance indeed.

The smooth, polished sound of James Levine´s Metropolitan Opera Orchestra makes for meditative listening – at some point even approximating the effect of a sleeping pill. Beautiful, it most certainly is. Engaged and passionate, it most certainly is not. And with this score, it really does make all the difference. Just listen to Daniel Barenboim to appreciate exactly what James Levine lacks here. Or listen to James Levine himself conducting Puccini or Verdi…

Katarina Dalayman and René Pape both look entirely out of place in this setting. René Pape had his major international breakthrough in this production with his beautifully sung and convincingly acted King Marke. As Brangäne, Katarina Dalayman is more peripheral to the drama, but nevertheless superb. René Pape sings for approximately 15 minutes, Katarina Dalayman for slightly more. Now only three hours are left…

Jane Eaglen and Ben Heppner both look and (inter)act like two whales on stage. René Pape´s King Marke must be insane to seemingly want this woman. It simply does not make sense. And it does not only have to do with her size, though obviously it doesn´t help her credibility either.

Some may argue that Jane Eaglen and Ben Heppner are vocally solid, if not splendid, and I suppose they are, to a certain extent. However, this post relates to a DVD production, and it simply does not make sense to have to “watch” it with closed eyes. That said, I have listened to the radio broadcast with the same cast, and while I find neither protagonist to deliver shattering interpretations, they do come across vastly better when the visual element is taken out. But again – I am commenting on a DVD production.

Those not familiar with this 1999 Dieter Dorn production either from the house or this DVD, may have seen it on the HD telecast earlier this season. I rather like this much maligned minimalistic and quite aesthetic production relying heavily on light effects, however this DVD clearly illustrates the increased dramatic and interpretative demands placed on the singers by the almost naked stage. Which are truly only met by King Marke. And Brangäne. Unfortunately not enough to make a production of Tristan and Isolde work.

Some of Tristan and Isolde may work without a Tristan. And some of it may work without an Isolde. But without both a Tristan and an Isolde, the only thing working is King Marke´s lament. 12 minutes…

No matter what standards one may expect of the Metropolitan Opera, this DVD falls far short of them. In my humble opinion, obviously. And no disrespect intended towards the involved artists.

But why oh why did the Metropolitan Opera ever release this thing?

The bottom line (scale from 1-5, 3=average):

Jane Eaglen: 1
Ben Heppner: 2
Katarina Dalayman: 4
René Pape: 5
Hans Joachim Ketelsen: 3
Dieter Dorn´s production: 3
James Levine: 3-4

Overall impression: 1

Forum Opéra

Venant du Met, dans des reports souvent brumeux et spartiates (c’est le “Nacht und Nebel” du Niebelheim en quelque sorte) de nombreux Tristan, charriant les mânes des Flagstad, Melchior et autres Traubel, ont fait rêver les mélomanes, et l’imaginaire musical de chacun restera pour toujours marqué par cet “âge d’or” des années ’30 et ’40. Aujourd’hui, la prestigieuse maison a décidé d’officialiser son dernier cru tristanesque en le confiant au marché mondial du dvd. Mieux encore, le Met, qui passe pour un bastion soutenant courageusement tous les sièges d’une certaine modernité “européenne” (ah ce Ring ! Et les Filles-fleurs de Parsifal…! Et cette outrancière Turandot de Zefirelli !) choisit ici d’exporter une vision tout sauf “classique”. Et le Met fait d’autant mieux que la présente production est d’un bon goût inattaquable. La direction d’acteurs, sans être confondante de génie, trouve assez souvent de belles idées (l’enlacement des amants durant les “Appels” de Brangäne au II, le duo d’amour en général, le Liebestod statufié), et réussit le pari de presque faire oublier la “prestance” du couple vedette. Surtout, Dieter Dorn a choisi une imagerie magnifique, entre médiévisme et kabuki, prodigieusement soutenue par les décors de Jürgen Rose. L’épure virtuose dans laquelle évoluent les personnages du drame joue de plans simples, de volumes géométriques, d’un minimum d’accessoires et surtout d’éclairages devant lesquels on s’incline. Le jeu des contre-jours, par exemple, qui abstrait les amants le temps de leur duo d’amour est une idée de génie qui impose l’universalité de carrures purement humaines plus que des personnages de théâtre. Un esthétisme militant finalement, à l’image de ce début du II, véritable abîme visuel en bleu et or.

C’est peu dire que les bonnes surprises continuent avec la direction de Levine. Le chef impose à sa phalange un chant d’orchestre puissant, cossu, somptueux même, d’un équilibre constant (ce qui n’empêche pas de beaux écarts dynamiques dans le prélude, entre autres), qui surtout soutient l’intérêt quatre heures durant, marqué au sceau de la meilleure tradition des Kapellmeister. L’orchestre lui-même joue de couleurs très individuelles, fauves, d’harmoniques épaisses (dans le meilleur sens du terme) et d’une précision insigne au sein de ce constant flot sonore.

La distribution, elle, se signale autant qu’elle s’inscrit dans cette vision générale très esthétisée. Evacuons d’abord les quelques sujets qui fâchent, à savoir le Kurwenal terne de timbre, prosaïque d’intention, débraillé de ligne de Ketelsen, et le physique “encombrant” du couple adultère. Jane Eaglen dépasse pourtant le simple stade de la crédibilité physique. Entendons-nous bien, l’artiste n’est pas l’Isolde ineffable du demi-siècle. Elle impose pourtant l’image d’une princesse véhémente, monolithique certes et sans métaphysique aucune, mais qui n’hésite pas à affronter à corps perdu le destin que lui a tracé Wagner. Plus franche d’émission que réellement modelée, plus étale que vraiment modulée, sa voix se pare néanmoins de belles couleurs pour le duo, et le Liebestod sans raptus expose au moins une belle charpente, des éclairages diffus et un vrai engagement. L’instrument reste assez homogène, avec d’étonnantes couleurs “à la Varnay”, même si l’aigu, tendu, accuse certains sons tubés et un peu bas. La voix, la présence sont paradoxalement (pour la présence du moins) les points forts de la prestation de Ben Heppner. Le ténor a le format d’un Lorenz, son héroïsme épique, mais il a aussi su recueillir líhéritage de Melchior, sa manière de soutenir la phrase, sa hauteur de vue, la lumière intérieure qu’il savait mettre à chaque note comme aussi sa dignité sans histrionisme. Tout cela fait de Heppner LE Tristan actuel, fort ténor donc, mais pas seulement, enfiévré de ton dans le duo, souple aussi jusqu’à une mort vécue comme un crescendo vertigineux.

Autour du couple vedette, deux incarnations majeures, et deux arts du chant. Katarina Dalayman d’abord, superbe Brangäne, profonde, nuancée jusqu’à l’ascèse, charnue de timbre, voix moirée apte à tous les enroulements, à tous les éclairages, vraie soeur d’Isolde plus que matrone “maternante”, elle donne des “appels” comme on n’en avait plus entendu depuis Ludwig et Minton, sculptés en taille douce dans cette matière ardente. René Pape, enfin, vient clore la litanie des chefs-d’oeuvre de cette production. C’est à un Marke jeune que l’on a affaire ici, royal de timbre, receuilli de phrasé. Vocalement, le monologue est superlatif, sombre et sobre (ce qui n’est déjà pas peu), rond, parfaitement articulé, avec de surcroît une présence déchirée, humain trop humain dans son autorité blessée.

Un très beau live donc dans lequel chacun pourra trouver ce qu’il cherche à l’opéra : une vision d’abord, à l’esthétique trouble, impérieuse et prégnante; un orchestre capté sous son meilleur jour et cornaqué par l’un des rares vrais wagnériens en exercice; une distribution enfin qui aligne des personnalités au moins attachantes, solides et même plus, et, par-dessus tout, un Tristan d’exception enfin sauvé de l’oubli.

Benoît BERGER

Rating
(4/10)
User Rating
(1.5/5)
Media Type/Label
DG
Get this Recording
Donate $5 to download MP4
Processing ...
Buy the DVD/BD
Technical Specifications
720×544, 933 kbit/s, 1.6 GByte, 4:3 (MPEG-4)
Remarks
Telecast